Actions à Kavali - Tallapalem

En 1974 à Kavali, Ferdinand rencontre les Soeurs de la Mission Etrangère qui ont créé un dispensaire en ville et un autre en milieu rural à une dizaine de kilomètres à Tallapalem. Ces réalisations sont régies sous forme également d'association, l'association indienne Asanikethan.
Depuis 1977, " Pour une Terre plus Humaine " collabore étroitement avec Asanikethan .

Les centres de santé : Kavali - Tallapalem

Depuis 1973, le centre de santé de Kavali a mis en place un programme de lutte contre la lèpre, puis en 2003 s'engage dans le dépistage de la tuberculose qui est en recrudescence. Il a en charge 18 centres de santé primaire ( PHC ) et 5 laboratoires de diagnostic ( DMC ) qui couvrent une population de 500000 habitants. Une équipe de 14 personnes assurent le dépistage et le suivi régulier des malades. En février 2012, 623 cas de tuberculose sont en charge de traitement. Le budget total de fonctionnement s'élève à 30000 € par an.
Jusqu'à récemment, l'association belge "Damien Fondation" financait en partie le centre de Kavali. De plus l'engagement du gouvernement dans le cadre du programme de contrôle contre la tuberculose ( RNTCP ) a pris fin courant 2012. Actuellement le pôle santé de Kavali est en attente de nouvelles orientations.

Le centre de santé de Tallapalem a été créé peu de temps après celui de Kavali. Depuis 2003, le centre de santé de Tallapalem est engagé dans le dépistage du sida, qui se fait dans 18 villages aux alentours de Tallapalem et dans 33 quartiers pauvres de Kavali. Chaque matin, un médecin employé par l'association se rend dans les villages et les quartiers, donne les premiers soins aux malades et renvoie les malades suspects d'être atteints aux centres respectifs.
dispensaire Financé par Asanikethan, un médecin de l'hôpital de Kavali, agréé par les autorités de santé consacre deux après-midi par semaine aux malades et diagnostique s'il y a lieu de faire des tests de dépistage du sida, auquel cas, ces test sont gratuits, ainsi que les médicaments. Pour cela, les patients doivent se déplacer à Nellore à 60 kms en utilisant un quatre-quatre financé par l'association "Pour une Terre plus Humaine " .
info sidaLe personnel du centre organise des séances d'information et de prévention dans les villages et les écoles, soit sous forme de théâtre, soit à l'aide de film video, dans le cadre du programme Awareness.
752 sidéens sont suivis par le centre et 75 familles viennent chaque mois chercher un supplément de nourriture dont la spiruline fabriquée au centre de Tallapalem. Parallèlement 15 enfants orphelins séropositifs sont accueillis, nourris, vétus et tous sont scolarisés.

Pour Tallapalem, " Pour une Terre plus Humaine " finance pour 1100€ par mois une partie du budget, l'autre moitié étant prise en charge par l'association partenaire " Les Amis d'Asanikethan " de Toulouse.

 
© Association Pour Une Terre Plus Humaine